Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'ours

  • : L' horloge parlante
  • : Journal d'un dessinateur de presse et de BD.
  • Contact

Bonjour à tous

Tous les dessins et textes de ce blog sont © Thierry Jollet
sauf mention contraire.

Donc toute reproduction est interdite...

Merci

 

 

A (re)découvri

-BIBLIO-    COUV ALBUM FINAL02

 Agatha Christie T 23

"Les vacances d'Hercule Poirot"

Ed. Emmanuel Proust

(Septembre 2012)

couv GB02"Peril at End House"
Ed HarperCollins
(Octobre 2010)

Agatha Christie T 19
"La Maison du Péril"
Ed. Emmanuel Proust
(décembre 2009)
____________________
 "Au Pas de l' âne"
(2005)
Ed ANBD

"Ethnik ta mère"
(1996)
Ed. Soleil
(épuisé)
"La nuit du sanguinaire"
(1990)
Ed. Week-end Doux
(épuisé)
____________________
 

-BD-

 

 

 

-Livre-

 

Anciens Numéros

22 mars 2005 2 22 /03 /mars /2005 00:00

Depuis la mi-journée du dimanche 20 mars dernier,...c'est le printemps!...

Ce fut une belle journée dimanche...

 

 

oui mais...depuis...

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Thierry Jollet 26/03/2005 17:43

Oui mais je ne m'en fait pas...l'été approche...et les beaux jours avec...donc ce n'est que partie remise...et toc! ;-)

moyra 25/03/2005 14:13

c'est bien fait!
Dimanche qui vient il doit re-pleuvoir! Naque naque nère eu eu eu!

Thierry Jollet 23/03/2005 10:34

Non non au contraire Serge, je garde ces paroles qui illustrent de belle manière ce post...
On ne pouvait penser qu'à Souchon mais je n'avais pas pensé à cette chanson là...Belle trouvaille...
Merci beaucoup...

Serge Passions 22/03/2005 17:22

Moi, cela me fait penser à la belle chanson de Souchon" Les filles electriques".

Tout au long de la vie qui pique,
On prend des beignes
À vouloir toucher les filles électriques,
Des sacrées châtaignes.
On retrouve, couché par terre,
L'effet uppercut.
Les filles, sans en avoir l'air,
Ça électrocute.

Tout au long d'la vie qui pique,
On veut s'évader
En touchant, pour le physique,
Les filles dénudées.
On s'retrouve alors par terre,
Triste et tout nu.
En amour, de toute manière,
On prend du jus.

Tout au long d'la vie, c'est sûr,
On s'abîme le cœur
À vouloir mettre la main sur
Les filles conducteur.
La mélancolie des passions
Nous chloroforme.
Faut refaire toute l'installation :
Rien n'est conforme.

Tout au long d'la vie qui serre,
On s'égratigne
Au mystère des filles de fer,
Sur toute la ligne.
Ou alors faut s'isoler,
Comme dans un linceul,
Et jouer d'sa guitare tout seul
Sous les tilleuls.

PS : si tu ne souhaite pas voir ici les paroles de la chanson de Souchon, tu peux l'enlever !
:-)

Vient De Paraître

Près De Chez Vous